Les toxines dans les cosmétiques

Tout ce qui figure dans les listes d'ingrédients des cosmétiques conventionnels n'est pas mauvais simplement parce qu'il est désigné comme étant un produit chimique. Mais certains d'entre eux le sont. Et c'est précisément le principal problème de l'industrie cosmétique.

Icon

Le défaut de la cosmétique conventionnelle

Jusqu'où irions-nous pour notre beauté ? Devons-nous vraiment souffrir pour être beau/belle ?

Il est vrai que nombre d'entre nous iraient très loin, surtout si les désagréments n'étaient que passagers. Mais qui accepterait volontairement de s'exposer à des dangers uniquement pour son apparence, comme ceux qui sont généralement décrits sur les paquets de cigarettes ? Et si, à terme, non seulement c'était notre santé mais aussi notre beauté qui en subissait les conséquences ? Que se passe-t-il lorsque la peau perd sa capacité à s'autoréguler ou développe des allergies ?

Tout ce qui figure dans les listes d'ingrédients des cosmétiques conventionnels n'est pas mauvais simplement parce qu'il est désigné comme étant un produit chimique. Mais certains d'entre eux le sont. Et c'est précisément le principal problème de l'industrie cosmétique.

Un exemple : dans une étude du BUND (Fédération allemande pour l'environnement et la protection de la nature), plus de 60 000 produits de soins et cosmétiques ont été testés pour détecter la présence de perturbateurs endocriniens. Les résultats ont de quoi faire réfléchir : on a trouvé au moins un perturbateur endocrinien dans 30 % des produits testés, et même plusieurs dans un produit sur cinq.

Les perturbateurs endocriniens (substances agissant sur l'équilibre hormonal) sont associés à des risques pour la santé tels que la baisse de la qualité du sperme, les cancers du testicule et du sein, ou encore une puberté prématurée. Les effets cocktails, qui peuvent résulter de l'utilisation de plusieurs substances aux effets similaires, sont actuellement peu pris en compte dans l'évaluation des risques réalisée par l'UE, et le risque pour la santé est difficile à évaluer.

Les principales substances nocives que l'on trouve fréquemment dans les produits cosmétiques conventionnels :

  • Les parabènes tels que le méthyl- ou le propylparabène sont des conservateurs de synthèse largement utilisés contre les bactéries et les champignons. Comme ils sont contenus dans de nombreux produits cosmétiques différents, les consommateurs sont souvent exposés à de grandes quantités d'entre eux. Ces substances ont des effets hormonaux, sont allergènes et ont été reconnues comme cancérigènes. Les parabènes pénètrent la barrière cutanée, se répandent dans tout l'organisme et ont même été détectés dans le lait maternel.
  • Parmi les autres perturbateurs endocriniens figurent les filtres UV chimiques tels que le méthoxycinnamate d'éthylhexyle (OMC).
  • D'autres conservateurs courants sont des libérateurs de formaldéhyde (par exemple, l'imidazolidinyl urée, le bronidox ou le bronopol). Comme leur nom l'indique, ces substances forment du formaldéhyde dans certaines conditions. Le formaldéhyde est très irritant, fortement allergène et cancérigène.
  • Les ingrédients cosmétiques bon marché comme l'huile minérale, l'huile de paraffine, la paraffine ou la vaseline sont produits à partir de pétrole brut. Ces substances, qui ne sont pas hydrosolubles, colmatent la peau et minimisent ainsi l'élimination des substances nocives et des déchets, tout en nuisant à la respiration de la peau.
  • Il existe des milliers d'ingrédients utilisés sous le terme de "parfum" ou "fragrance", dont un certain nombre sont irritants, allergènes ou même cancérigènes. Les composés nitro- et polycycloniques du musc, par exemple, sont des parfums de synthèse courants. Certaines substances de cette catégorie s'accumulent dans l'organisme et sont considérées comme mutagènes et nocives pour les nerfs.
  • Les émulsifiants (tensides) permettent de produire des mélanges stables de phases huileuses et aqueuses. Les exemples fréquemment utilisés sont le lauryl sulfate de sodium (SLS), le polyéthylène glycol (PEG) et ses dérivés. Leurs effets nocifs sur la peau vont de l'action délipidante, irritante, allergisante, des perturbations de la barrière cutanée et de la hausse de la pénétration des polluants qui en découle, à la formation de substances cancérigènes en association avec d'autres ingrédients des cosmétiques.

Heureusement, il existe des alternatives. Les produits de PURE SKIN FOOD ne contiennent que des ingrédients de haute qualité, biologiques et vegan - par principe !

Pour cela, nous recommandons

-10% Votre bon d'achat !

Newsletter Hintergrundbild

− Newsletter −

Oh hey!

Nous sommes Pure Skin Food et nous voulons faire rayonner votre peau. Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez
10% de réduction sur votre prochaine commande !

En vous inscrivant à la newsletter, vous acceptez que nous traitions vos informations dans le cadre de notre politique de confidentialité.